Biographie de l’auteure :

Article écrit par Vaishnavii, une Correspondante bilingue unie du Français pour l’avenir. Vaishnavii a 17 ans et est actuellement en dernière année du diplôme de Baccalauréat international à Toronto. Elle aime les émissions et la musique de tous genres. Elle planifie de suivre des cours de biologie et veut soutenir sa communauté en invitant les autres à suivre leurs passions.


Quand on apprend le français à l’école, on est obligé de discuter des sujets inclus dans le programme d’éducation comme l’identité ou la famille. Par conséquent, beaucoup de jeunes savent comment écrire une rédaction de 1 500 mots mais en même temps, ils n’apprennent pas comment maintenir une conversation usuelle avec d’autres personnes en dehors de l’école en français. C’est pourquoi j’ai rejoint le programme des Correspondants Bilingues Unis. D’une part, je pouvais parler de plusieurs sujets dont comment sauver l’environnement ou encore des problèmes de l’immigration autour du monde. D’autre part, je ne connaissais pas les nuances de la langue ni des mots d’argot et cette expérience m’a permis de les apprendre.


Après avoir rempli le formulaire d’inscription, j’ai reçu un courriel quatre jours après m’apprenant que « [j’ai] été jumelée avec un participant d’une autre province » et c’est à ce moment que j’ai rencontré ma nouvelle amie de Calgary! Peu après, elle m’a envoyée un courriel et on a échangé les noms d’utilisateur des réseaux Snapchat et Instagram. On a aussi reçu une liste de thèmes chaque mois pour nous guider dans nos conversations qui étaient utiles quand on ne savait pas de quoi parler.


Au début, j’avais peur de la connaître, mais maintenant quand je réfléchis à la situation en écrivant cet article, je me dis qu’en fait ma correspondante est mon amie la plus sympatique. Elle me laisse faire des fautes grammaticales quand on s’envoie des textos, ou quand on s’envoie des Snaps mais aussi quand on parle au téléphone. Pendant l’été, on a participé toutes les deux au « Chloe Ting Challenge » avec les appels vidéo. Il était intéressant de connaitre une personne d’une autre province car cela nous a permis de comparer nos cultures, notre mode de vie, et notre façon de parler.


Cette expérience m’a aussi mentalement aidé pendant la quarantaine parce que, sans elle, je me serais sentie très seule. Je me suis éloignée de mes amis et l’école en ligne est devenue de plus en plus difficile à suivre. C’était alors que j’ai vu l’annonce de ma professeure de français qui a annoncé une opportunité de participer à un programme afin « d’aider les élèves partout au Canada. » C’était ce programme ! J’avais hâte de remplir le formulaire et de dire mes intérêts, de faire connaissance avec ma nouvelle amie et de parler en français avec simplicité.


C’est cool d’avoir fait partie de ce programme parce qu’on a une réelle volonté de parler en français. À l’école, on exige de le parler en classe alors on a développé une pensée sérieuse, et même parfois ennuyeuse, avec la langue. À cause de cela, il y a une baisse d’élèves anglophones qui veulent le parler quotidiennement ou même pour s’amuser, pas seulement à l’école. Je crois aussi qu’avec ce programme, on peut améliorer sa maîtrise de la langue orale. Ma correspondante avait suivi l’immersion française et j’avais suivi seulement quelques cours de français langue seconde, alors je pensais que ce serait très inconfortable entre nous mais ce n’était pas le cas, il n’y avait aucun jugement entre nous! Ce programme aide donc à augmenter la confiance en soi!


Voulez-vous vous faire un nouvel ami comme moi ? Voulez-vous améliorer votre français oral ? Inscrivez-vous au programme des Correspondants bilingues unis ! Si je peux le faire, pourquoi pas vous ?


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *