Biographie de l’auteur : Article écrit par Colton Williams, agent des communications au Français pour l’avenir et ancien animateur du FNJA 2020. Colton est originaire de Windsor en Ontario et il habite présentement à Ottawa afin de poursuivre un baccalauréat en Didactique des langues secondes à l’Université d’Ottawa.


Le français, c’est une langue difficile. Si vous l’avez déjà appris comme langue seconde, j’imagine que vous comprenez ce sentiment. Quand je dis ça, je parle de l’orthographe (pourquoi est-ce que le mot oiseau se prononce « wazo » ?), de la prononciation (j’ai toujours de la difficulté à dire quelques mots parfois) et de la conjugaison des verbes (nous chantâmes ? C’est quoi ça ?). Ça fait presque 10 ans que je parle couramment la langue de Molière, mais au début, l’apprentissage avait ses obstacles et il arrivait des moments où je n’avais pas les bons mots pour exprimer exactement ce que je voulais dire.


Quand j’avais 15 ans, je suis allé en Europe pour voyager en sac à dos avec mon père. Le premier endroit que nous avions décidé de visiter était Paris, parce que je voulais avoir l’occasion de pratiquer mon français et d’apprendre davantage au sujet de la culture francophone. Lors de ma première journée, de l’autre côté de la rue, en face de la tour Eiffel, il y avait un mini « resto » (restaurant vous avez compris bien sûr!) qui vendait de la crème glacée. Ayant un peu trop hâte de parler, j’ai commandé mon cornet dans le meilleur français que je pouvais offrir. Le serveur était tellement impressionné par mon français qu’il m’avait fait plein de compliments ! Avec ma confiance nouvellement acquise, je lui ai demandé haut et clair : « Excusez-moi monsieur, mais où est la gare la plus loin ? ». À ce moment-là, le monsieur semblait confus par cet énoncé, mais il a répondu : « Bien, c’est en Russie ! ». Tout à coup, je me suis rendu compte de mon erreur. Je voulais savoir où était la gare la plus PROCHE ! Finalement, j’ai dû chercher ma réponse sur Google Maps.


Une fois, pendant une entrevue pour un stage, quand j’avais à peu près 16 ans, la madame m’a demandé de me présenter en français pour vérifier mes compétences linguistiques. J’ai commencé à parler de mon voyage que j’avais fait l’année d’avant quand elle m’interrompit pour demander quels pays j’avais visité. Elle énumérait : « la France, la Suisse, l’Italie… » et je l’avais arrêtée pour dire : « Oui ! N’importe quoi ! ». Ark ! Quel manque de politesse ! Heureusement, elle n’était pas offensée, mais elle a dû m’expliquer que ce mot n’importe quoi, que j’avais appris comme « anything » ou « whichever », avait une connotation assez négative en français. Je me suis excusé, puisque je pensais que j’avais dit quelque chose du genre : « Oui ! Je les ai tous visités ! ». Depuis ce temps, je m’assure de bien connaître le sens d’une expression avant de la dire.


Un autre moment, quand j’étais au Québec, je parlais avec une jeune fille de l’âge de 10 ans. J’adore parler avec les jeunes et j’adore parler en français, donc j’ai profité de cette occasion lorsqu’elle s’est présentée. Pour une raison ou une autre, la fille a abordé le sujet d’Halloween. Donc, j’ai essayé autant que possible de chercher les mots de vocabulaire pertinents de mon temps comme élève au primaire. Je lui ai demandé : « Est-ce que tu vas mettre un feu follet devant ta porte cette année ? ». Elle était vraiment confuse, donc je lui ai expliqué ce que ce mot voulait dire pour moi : « une citrouille avec des trous pour qu’elle ressemble à un visage… comme un jack-o-lantern ! ». Pour ceux qui ne le savent pas, il n’y a pas de bon mot en français pour jack-o-lantern. Le mot feu follet est un synonyme pour luciole, qui est une sorte d’insectes qui brillent pendant la nuit. Donc je venais de demander à cette fille si elle allait mettre une luciole devant sa porte pour Halloween. Elle avait bien raison d’être confuse!


Malgré ces histoires gênantes et parfois drôles, je ne vous dis pas de ne pas parler devant les autres mais je vous encourage plutôt à faire tout le contraire ! Ces erreurs m’ont permis d’améliorer mon français et d’apprendre quels mots utiliser dans quels contextes. Dans chacun de ces cas, les personnes étaient bien gentilles et elles ont bien apprécié mes efforts pour communiquer dans leur langue ! Elles m’ont encouragé à chaque étape de mon apprentissage.


Maintenant, en tant que jeune adulte bilingue, je vis presque entièrement en français ! Mes cours universitaires sont en français, ma vie sociale se déroule majoritairement en français et je travaille à temps partiel au sein du Français pour l’avenir et en français, bien sûr ! Je me considère pleinement et fièrement francophone dans le sens linguistique et culturel. La langue française a changé ma vie pour le meilleur, et je ne serais pas la même personne si je ne l’avais jamais apprise.


Donc la morale que j’essaie de vous partager à travers ce blogue est de ne jamais vous sentir gêné à cause de votre grammaire, de votre accent ou de votre façon de vous exprimer en français ! Parler une langue seconde c’est vraiment chouette et c’est quelque chose dont il faut être fier ! Alors, je vous encourage fortement à parler en français et je vous promets que ça va porter fruit !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *