Biographie de l’auteure :

Article écrit par Elisabeth Vigneau. Elisabeth est une étudiante en première année à l’Université de Moncton au Nouveau-Brunswick. Pendant son temps libre, elle écrit, apprend l’allemand et fait du cross-country. Elisabeth a remporté en 2019 une bourse de 10 000$ pour étudier à l’Université de Moncton grâce au Concours national de rédaction du Français pour l’avenir.


En 2019, j’ai gagné le concours national de rédaction organisé par Le français pour l’avenir. J’ai ainsi obtenu une bourse offerte par l’Université de Moncton qui va m’aider à financer un baccalauréat que j’entreprends cet automne. À l’occasion du lancement de la nouvelle édition de ce concours, j’ai été invitée à partager mon expérience. Le thème proposé « Comment bien se préparer au Concours national de rédaction du Français pour l’avenir » a retenu mon attention. En espérant pouvoir aider quelques participants à maximiser leur travail, je vais expliquer les étapes qui m’ont menée à participer à ce concours et à y obtenir de très bons résultats. Je vais donc exposer mon parcours, du moment où j’ai entendu parler du concours jusqu’au moment où j’ai enfin pu annoncer mon prix à mon entourage.


Avant de commencer, bien s’informer du thème, des règlements et des critères d’évaluation

J’ai entendu parler de ce concours pour la première fois à l’école. Mon enseignante de français a encouragé ma classe à y participer et au fil des semaines, à force de voir l’affiche du concours du Français pour l’avenir collée sur le mur de la classe, j’ai décidé d’y soumette un texte. Mon premier conseil serait donc de ne pas hésiter à participer aux activités proposées par l’école ou par les enseignants. On n’a rien à perdre et tout à gagner!

Avant de me lancer dans la rédaction d’un texte, j’ai consacré du temps à explorer le site Web du Français pour l’avenir pour découvrir le thème de l’année. En faisant ces recherches, j’ai découvert que le site contient une page de règlements ainsi qu’une grille d’évaluation. Dans la liste des règlements, j’ai pris compte du nombre de mots maximum, de la catégorie dans laquelle je pouvais soumettre mon texte, des universités qui offrent des bourses et de leurs critères d’admissibilité respectifs. La grille d’évaluation fournie a été l’outil qui m’a été le plus utile! En effet, les critères sont clairs et mettent en évidence les faux pas à éviter et le style d’écriture à adopter. Avoir les critères d’évaluation en tête tout au long de la rédaction assure un bon départ pour que les correcteurs apprécient le texte soumis. Lire des textes gagnants des années précédentes est aussi une bonne idée pour se forger une image mentale du style recherché. (Vous pouvez consulter les textes des gagnants de l’édition 2019-2020 ici)


Pour rédiger une bonne rédaction, effectuer des recherches et organiser ses idées

Après avoir lu consciencieusement le sujet du concours et en avoir retiré toutes les informations pertinentes, vient ensuite le moment de chercher des idées. Faire des recherches à la bibliothèque et sur Internet, parler à des proches et utiliser des connaissances personnelles avant et pendant l’écriture du texte ont été des techniques qui m’ont permis d’avancer. Un bon point de départ peut être un documentaire, un livre ou un article déjà connu, venu en tête en lisant le thème du concours.

Il sera ensuite possible, après avoir eu recours à cette source, d’approfondir les recherches en conséquence. Durant cette période, je propose d’écrire toute les idées et faits issus des échanges et des recherches. Il sera ensuite plus facile de les organiser pour créer un texte convaincant. Si le temps de rédaction et de recherche semble long, il ne faut pas hésiter à laisser le texte de côté pour le retravailler plus tard avec un regard neuf. Bien sûr, ceci n’est possible que si on a commencé bien avant la date limite du concours !


Avant de le soumettre, faire relire son texte pour l’améliorer

Parfois, quand nous passons beaucoup de temps à écrire notre texte, il est difficile de voir les défauts ou points à améliorer. C’est pourquoi, après avoir écrit et révisé mon texte moi-même, je l’ai présenté à ma famille et à mon enseignante de français. Mon entourage a su me donner des rétroactions et des points de vue différents, tout en me suggérant des améliorations. Faire réviser un texte de cette façon favorise les échanges tout en apprenant à l’écrivain à accepter la critique constructive.


Finalement, participer à un concours littéraire tel que le concours du Français pour l’avenir m’a fait disserter sur un sujet intéressant, soulevant souvent la controverse. Tout en m’offrant une occasion d’améliorer mon style d’écriture en général, j’ai beaucoup apprécié recevoir la rétroaction de plusieurs personnes, ce qui m’a poussée à approfondir ma réflexion. Ainsi, même si le texte soumis ne reçoit pas de prix, participer à ce concours permet de travailler son style d’écriture, de se forger une opinion sur un sujet signifiant et d’avoir des discussions enrichissantes!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *